Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Contact

  • : Syndicat FO CH Hénin Beaumont
  • : INFORMATION SYNDICALE REVENDICATIONS DU SYNDICAT FORCE OUVRIERE DU CENTRE HOSPITALIER D'HENIN BEAUMONT
  • Contact

Adhésion en ligne

 carte

L'HOPITAL CHHB EN DIRECT !...

  

15 mai 2014 1

Medecins Hospitaliers FO

 SNMH FO

18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 15:48
Les cheminots, les électriciens ou les gaziers ne seront pas seuls à se mobiliser aujourd’hui pour défendre leur retraite. L'enjeu global du mouvement: le refus de l'allongement de la durée de cotisation pour tous voulu par le gouvernement en 2008.

À l’occasion de cette journée nationale d’actions sur les régimes spéciaux de retraite, l’attention médiatique se portera de nouveau sur les grèves organisées à la SNCF, la RATP et dans 27 réseaux de transports en commun de province. C’est là assurément que les débrayages seront les plus visibles puisque la plupart des prévisions font état d’un trafic proche de la paralysie, notamment à la SNCF et à la RATP où l’ensemble des syndicats ont appelé les salariés à cesser le travail. Cependant, le mouvement devrait être tout autant suivi dans les autres secteurs concernés par la réforme des régimes spéciaux comme à EDF et GDF, où tous les syndicats ont appelé à débrayer, à l'Opéra national de Paris, l'Opéra-Comique et à la Comédie-Française, où des spectacles ont été annulés ou encore à la Banque de France et chez les clercs de notaires.

Par ailleurs, cette journée cristallisera les mécontentements d’autres catégories professionnelles. Des préavis de grève ont ainsi été déposés à l’ANPE et à l’UNEDIC pour s’opposer à la fusion annoncé des deux organismes, dans la fonction publique ou dans l’Éducation nationale contre la «casse» du service public, la défense «des régimes de retraite, des statuts et pour l'augmentation des salaires». Et même dans les médias où des appels à la mobilisation ont été lancés dans l’audiovisuel public et à l'Agence France-Presse (AFP) dont les syndicats FO CGT, SNJ, CFDT, et SUD «s'inscrivent dans la logique des mobilisations du 18 octobre» en invitant «le personnel à cesser le travail jeudi pour participer aux manifestations prévues à Paris et en province».

Car, comme l’a souligné hier le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, «les gens sont (…) conscients» que cette réforme conditionne le débat sur les retraites du public et du privé prévu en 2008». En effet, le gouvernement a déjà fait savoir qu'il veut allonger la durée de cotisation pour tous. Un dossier global des retraites que Jean-Claude Mailly juge comme «l'un des plus anxiogènes» pour les salariés qui vont devoir travailler plus longtemps – 40 ans aujourd’hui, 41 ans demain,42 ans… – pour gagner moins avec des retraites amputées. Les régimes spéciaux ne sont que la partie émergée de l’iceberg.
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2007 3 17 /10 /octobre /2007 17:42
JEUDI 18 LES GRÈVES DISENT STOP! AUX ATTAQUES CONTRE LES RETRAITES

Les attaques contre les régimes spéciaux, tout le monde le sait, préfigurent celles qui se préparent contre le régime général, en 2008, avec le passage à 41 ans de cotisation pour tous. Elles se situent dans un contexte de grogne généralisée, due au projet de fusion UNEDIC-ANPE, aux franchises médicales, à la diminution des effectifs de fonctionnaires, à la volonté de développer la couverture individuelle en matière d’assurance-maladie et de dépendance, à la remise en cause de la durée légale du travail et à la faiblesse du pouvoir d’achat. La journée du 18 octobre est l’occasion de signifier qu’il est temps de porter un coup d’arrêt.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 17:54
 Force Ouvrière s’étonne des méthodes de concertations mises en œuvre par le Ministère de la Santé concernant la question des agences régionales de santé (ARS).

C’est après avoir pris connaissance, fortuitement le 9 octobre 2007 de la tenue du séminaire d’échanges le 11 octobre, que la Confédération a pu réclamer son « invitation » à y participer.

Cette méthode de concertation cherchant à écarter les partenaires sociaux, n’est pas de bon augure pour la suite des échanges, puisque la Ministre a affirmé que rien n’était « bouclé », tout en annonçant par ailleurs la mise en place d’ARS!

Pour la confédération, alors qu’aucune évaluation sérieuse n’a été faite sur les ARH et les URCAM la mise en place d’ARS constituerait une nouvelle usine à gaz et une fuite en avant pour un système de protection sociale et de santé de plus en plus restrictif, alliant étatisation des systèmes et privatisation des réseaux et du service public.

Pour FO l’efficacité, tant pour la protection sociale collective que pour l’égalité d’accès aux soins, consisterait à revaloriser le rôle des caisses régionales d’assurance maladie, en renforçant leurs compétences et en leur confiant des attributions plus importantes dans le domaine hospitalier, de la coordination du secteur hospitalier et de la médecine de ville.

La Confédération communiquera prochainement de façon plus approfondie.
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 15:27
  
Force est de constater que la Direction a souhaité répondre aux demandes de FORCE OUVRIERE.

Un courrier adressé au Médecin Chef des Services de Gériatrie par Monsieur le Directeur de notre Centre Hospitalier, nous annonçe sa décision de renforcer de façon pérenne les effectifs en affectant une IDE et 2 Aides Soignantes au Long Séjour ainsi qu’à l'EHPAD les 5 Saisons.
 
     Nous remercions Monsieur le Directeur de cette décision qui optimisera, soyons en sur, la confiance et la coopération de tous les agents et qui améliorera, par conséquent, la prise en charge des résidents.
 
   Nous remercions également Madame la Directrice des Soins, Monsieur le Cadre Supérieur de Santé ainsi que Mesdames les Cadres de proximité ...
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 18:44
Aux Cadres de Direction :
Objet : mensualités de remplacement

Bonjour ,

 Conformément au courrier en date du 26 septembre 2007, ayant pour objet les mensualités de remplacement, Monsieur le Directeur nous invite à vous contacter afin de nous apporter des informations complémentaires.

 FORCE OUVRIERE apprécie les décisions prises malgré l'annonce de budgets de plus en plus restreints.

Toutefois, il nous apparaît important de vous informer des difficultés rencontrées dans le service « les Tilleuls » notamment :

Pour le remplacement des IDE :

L'absence d'une IDE serait remplacée par une IDE à mi-temps.

L'absence d'une autre cumulant de nombreux repos ne serait pas remplacée.

Une IDE de remplacement reste insuffisant sur un effectif déjà restreint.

Deux IDE le matin et deux IDE l'après-midi pour 60 résidents pourraient assurer un effectif de sécurité (Plan Bleu) en cas de congé maladie.

 Pour exemple, l'absence de relève le matin pour fait de congé maladie, contraint l'IDE de nuit à rester sur son poste avec les conséquences que cela peut amener.

  Pour le remplacement des AS :

l'absence de responsable hôtelière le week end occasionne une surcharge de travail pour les autres AS.

Une AS la nuit pour 2 étages rendent leur tache difficile.

 Pour exemple, il est arrivé en août la situation suivante :

 Un matin, les AS étaient quatre en poste pour 60 toilettes. Et pas de responsable hôtelière, c'est l'ASH qui donnera les petits déjeuners.

 FORCE OUVRIERE a fait part, à plusieurs reprises des dysfonctionnements et des problèmes d'effectifs rencontrés dans ce secteur.

Au-delà de ces cas précis, nous ne manquerons pas dorénavant de vous signaler les témoignages nécessaires sur des situations identiques à celles qui nous sont de plus en plus fréquemment démontrées.

 FORCE OUVRIERE souhaite que les effectifs soient mis aux normes en fonction des besoins exprimés par l'encadrement.

Ce sont les plus à même de juger des besoins…

Une souffrance non prévisible par les cadres de nos Unité de Soins liée aux « absences » oblige une réactivité nécessaire de notre Administration pour garantir aux résidents et personnels des bonnes conditions de vie et de travail.

 

 Dans l'attente de vos analyses sur ce dossier, je vous remercie de votre attention.

 

Secrétaire Général du Syndicat FORCE OUVRIERE du Centre Hospitalier d'Hénin Beaumont

Poste 1585 ou 1524


Pascal MACQ
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 17:00
 
LE GOUVERNEMENT VISE LES 41 ANNUITÉS POUR TOUS

Les appels à la grève le 18 octobre prennent de l’ampleur. L’enjeu devient de plus en plus clair, à mesure que s’approchent les échéances. Pour les pouvoirs publics, il s’agit de faire sauter un verrou. Pour les cheminots, électriciens, gaziers, salariés de la RATP, etc., c’est l’occasion de marquer un point d’arrêt dans les contre-réformes. Car la deuxième phase de la loi Fillon, prévue pour 2008, concerne tous les travailleurs

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 14:07
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:27

Jean-Claude Mailly était le 1er octobre 2007,
l'invité de Christophe Barbier sur LCI.

Parmi les sujets traités :

Les heures sup défiscalisées ne seront pas efficaces pour
relancer le pouvoir d'achat.

Pour le coût du travail la France se classe en 11 ème
position.

Le budget du gouvernement est un plan de rigueur.

FO est pour l'application du travail du dimanche, c'est
à dire pas plus de 5 par an, Conforama n'est pas un
cas isolé.

Service public : il est nécessaire d'avoir une réflexion
sur leur rôle.....

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 12:22
Les syndicats de la Fonction publique entendent notamment s’opposer aux projets du gouvernement de casser les statuts des agents.

Les fonctionnaires étant plus que jamais dans le collimateur du gouvernement, leurs syndicats ont acté hier soir le principe d’une première riposte en novembre. Sept organisations de la fonction publique sur huit (FO, CFDT, CFTC CGT, FSU, UNSA, Solidaires) sont ainsi convenus «de se revoir le 26 octobre pour décider des modalités d'une action nationale à la mi-novembre indépendamment des initiatives décidées d'ici là». Pour les syndicats, la «conférence nationale sur les valeurs, les missions et les métiers de la Fonction publique» organisée lundi matin à Bercy sous la houlette du Premier ministre, François Fillon, «n'a pas apporté de réponse» à leurs revendications, à savoir «le rattrapage des pertes de pouvoir d'achat et l'ouverture immédiate de négociations salariales», un «emploi public statutaire basé sur les besoins réels en matière de services publics», et «un service public de qualité et de proximité répondant encore mieux aux besoins de toute la population».

Cette conférence était la première étape d’un «débat national» sur la rénovation de la Fonction publique devant durer jusque fin mars et déboucher en mai sur un livre blanc, prélude à un ou plusieurs textes législatifs sur le sujet. Un «travail d'intérêt national» en vue de la «nécessaire et urgente réforme de l'État», a expliqué M. Fillon, pour qui, «rien ne serait plus grave pour notre fonction publique qu'un énième coup d'épée dans l'eau». Reprenant presque mot pour mot le discours de Nicolas Sarkozy prononcé à Nantes le 19 septembre dernier (voir notre article du jeudi 20 septembre 2007), le chef du gouvernement en a appelé à une «révolution culturelle», qui permette notamment aux nouveaux entrants de «choisir entre le statut de fonctionnaire et un contrat de gré à gré» de droit privé. Présent à ses côtés, le ministre de la Fonction publique Éric Woerth a estimé également qu'il faudra «refonder» le statut des fonctionnaires dans le cadre d’un secteur public avec des agents moins nombreux, plus mobiles et payés au mérite. À ce propos, M. Fillon a rappelé sa règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant en retraite en 2009, après un sur trois environ en 2008 (22.921 suppressions de postes publics). «Nous irons plus loin au fur et à mesure des réformes de structure», a-t-il réaffirmé, car, selon lui, c’est «la seule façon de donner plus de pouvoir d'achat» aux agents.

Les termes du débat tels qu’ils ont été présentés hier vont à contre courant des positions des syndicats. «La Fonction publique, ce sont des principes de neutralité, d'adaptabilité, de compétence, de carrière, mais on a l'impression que pour être moderne, il faut désormais parler de flexibilité, de précarité, de modération salariale», a commenté Gérard Noguès (FO), qui craint, d'ailleurs, que «l'usager-citoyen devienne un client». Pour Jean-Marc Canon (CGT), «les termes de rentabilité, productivité, performances sont revenus plusieurs fois dans (ce) débat. C'est limpide, que ce soit dans les discours de M. Fillon ou de M. Woerth, il y a une volonté d'introduire des normes privées». C’est pourquoi, a déclaré Gérard Noguès (FO), les agents publics veulent «monter une riposte unitaire la plus large possible (…) contre cette remise en cause programmée du statut et pour la hausse du pouvoir d'achat» des traitements indiciaires dans la fonction publique. Les conclusions du débat «ne sont pas écrites d'avance», a affirmé hier le ministre de la Fonction publique. Il pensait peut-être à la résistance des fonctionnaires...
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 10:12
Lors de récentes interventions et notamment à l’occasion du 60ème anniversaire de l’AGIRC, le Premier ministre Monsieur François Fillon a jugé utile de confirmer le passage à 41 ans de cotisations en 2012, oubliant par exemple que contrairement aux engagements de 2003, le chômage n’a pas baissé.

La prétendue nécessaire équité dans les durées de cotisation entre régimes de retraites n’est qu’un prétexte afin d’étayer la thèse de l’irréversibilité de l’allongement à 41 ans, voire 42 ans.

Ainsi, François Fillon fait fi de l’avis de la Commission de garantie des retraites qui se réunira pour la première fois le 3 octobre et oublie sa loi du 21 août 2003 et plus précisément son article 5 qui crée cette commission et lui octroie des prérogatives en matière de proposition d’adaptation -ou de gel- du calendrier prévu.

Tout comme le Premier ministre semble considérer comme acquis l’arrêt des retraites anticipées pour carrières longues, l’encadrement draconien des périodes de régularisation de carrières, l’indexation sur les prix, etc.

Pour Force Ouvrière, bien que nous n’étions pas porteurs de la réforme de 2003, le calendrier doit être respecté et nous n’entendons pas davantage considérer le rendez-vous de 2008 comme une simple clause de revoyure et nous ranger aux injonctions du Premier ministre.

C’est pourquoi la Confédération Force Ouvrière soutient ses fédérations professionnelles engagées contre la réforme imposée de leurs régimes spéciaux de retraites et exigera des pouvoirs publics un véritable examen de nos revendications en matière de retraites, notamment:

- le blocage des compteurs à 40 années de cotisations en 2008 pour le public et le privé;

- le relèvement significatif des basses pensions et le minimum contributif égal au SMIC net;

- l’indexation des coefficients de revalorisation des salaires versés au compte et des pensions sur l’évolution moyenne des salaires;

- la véritable prise en compte de la pénibilité;

- l’amélioration des conditions d’attribution des pensions de réversion portées à 60%;

- le maintien intégral des droits familiaux qui ne permettent même pas de corriger l’inégalité hommes/femmes en matière de droits à retraite…

Si le Premier ministre n’entend pas respecter le calendrier qu’il a lui-même fixé, la Confédération Force Ouvrière saura prendre ses responsabilités afin que les salariés et les retraités soient eux respectés et que les échéances permettent un véritable dialogue social tant prôné par ailleurs.
Partager cet article
Repost0