Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation Contact

  • : Syndicat FO CH Hénin Beaumont
  • : INFORMATION SYNDICALE REVENDICATIONS DU SYNDICAT FORCE OUVRIERE DU CENTRE HOSPITALIER D'HENIN BEAUMONT
  • Contact

Adhésion en ligne

 carte

L'HOPITAL CHHB EN DIRECT !...

  

15 mai 2014 1

Medecins Hospitaliers FO

 SNMH FO

28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 16:07
  

Nombreuses sont les solutions, fiscales entre autres, qui prétendent améliorer le pouvoir d’achat sans toucher au bas de la feuille de paye. La journée de grève des fonctionnaires, à laquelle se sont joints des salariés du privé, le 20 novembre, mon-tre que personne n’est prêt à attendre indéfiniment une baisse des étiquettes. FO s’engage dans un processus de mobilisation interprofessionnelle pour des augmentations pures et simples.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 13:26
Première préoccupation des français le pouvoir d'achat, Jean-Claude Mailly s'exprime sur I>TV le 22 novembre 2007 à ce sujet.
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 12:46
Les syndicats de fonctionnaires ont donné au gouvernement jusqu’au 30 novembre pour engager des négociations salariales. Sinon, ils remobiliseront début décembre. FO se prépare à un mouvement plus large sur les salaires dans le public et le privé.

Mépris et compassion. Au congrès des maires de France réuni depuis mardi à Paris, le Premier ministre François Fillon s’est dit hier conscient du «mal-être des fonctionnaires qui ont le sentiment d'être insuffisamment valorisés par la société». Pour le remède, sa conviction reste que «le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux est la seule façon de redonner du pouvoir d'achat aux fonctionnaires et de redonner des marges de manœuvre à l'Etat».

Un discours en décalage avec les fonctionnaires. L’ensemble des organisations syndicales de la Fonction publique «exigent» toujours l’ouverture immédiate de négociations salariales. Fortes du succès de la mobilisation du 20 novembre (voir notre article du 21 novembre), les huit fédérations de fonctionnaires (CGT, FO, CFDT, CGC, CFTC et autonomes) ont en effet réitéré mercredi soir «leur exigence d'une négociation immédiate» notamment sur le pouvoir d'achat et les effectifs. «Le gouvernement ne doit pas tergiverser», ont-elles affirmé, notamment sur «le rattrapage des pertes de pouvoir d'achat » qu'ils chiffrent désormais à près de 7% depuis 2000. Outre le pouvoir d’achat, les fonctionnaires avaient également défilé mardi contre les 22.900 suppressions de postes programmées pour 2008, et pour la défense du service public. Ils ont par ailleurs exprimé leur hostilité à la volonté gouvernementale d'instaurer «une rémunération individualisée» faisant fi de leur statut, et d'introduire des contrats de droit privé dans la fonction publique. Les syndicats ont demandé «une première séance de négociation avant le 30 novembre», faute de quoi, ils «décideront d'amplifier la mobilisation par une nouvelle action commune dès le début décembre 2007». Et ils n’excluent d’appeler alors à une nouvelle journée de grève.

Le pouvoir d’achat des Français en général devait être la grande affaire du candidat Nicolas Sarkozy. Or, comme l’a rappelé jeudi le leader de FO, Jean-Claude Mailly, dans le public, «celui qui détient la clé, c'est le gouvernement, c'est lui le patron. Qu'il ouvre, comme le demandent les fédérations de fonctionnaires», ces négociations sur les salaires «au moins pour 2007». Parmi les mesures que devrait prendre le gouvernement pour améliorer le pouvoir d'achat dans le privé, il a estimé que la priorité est de «débloquer la situation sur les augmentations de salaires» en conditionnant «les exonérations de cotisations patronales à l'existence d'accords de salaires, pas simplement au respect de l'obligation annuelle de négocier». Sur la question du pouvoir d'achat, «j'ai un mandat, si ça ne bouge pas, pour une mobilisation public-privé», a prévenu Jean-Claude Mailly, sans préciser «pour le moment» de date.

A l’Elysée, on prend, paraît-il, le problème du pouvoir d’achat à bras le corps. Mais, les mesures se font attendre et celles qui semblent envisagées ne sont pas vraiment à la hauteur des attentes. Entre autres pistes évoquées figurent une défiscalisation du 13e mois, une hausse de la prime à l'emploi et une «prime à la casse» pour les véhicules ou encore un déblocage anticipé de l'épargne salariale dans les entreprises (17% des ménages concernés par ce dispositif, selon l’INSEE). A en croire la présidente du MEDEF, Laurence Parisot, certains ministres réfléchiraient aussi à sa proposition de «suppression de la durée légale du travail» pour augmenter «la quantité de travail et de productivité». Selon elle, cette suppression rendrait «les choses beaucoup plus simples en balayant tous ces mécanismes très complexes, et en revenant à la détermination du seuil de déclenchement des heures supplémentaires, branche par branche, ou entreprise par entreprise». Et pour Mme Parisot, «supprimer la durée du travail, ce n'est certainement pas tomber dans je ne sais quelle forme d'esclavagisme». En écho peut-être aux déclarations de la patronne des patrons, le Premier ministre, François Fillon, a prévenu que «la France ne distribuera plus de richesses aux Français que si elle est capable d'en produire plus». Le régime fiscal spécial des foyers les plus riches, lui, a de beau jour devant lui.
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 18:26
 

SNCF, RATP, EDF, GDF, etc. et les fonctionnaires se sont engagés et font peser le rapport des forces. Retraites pour les uns, traitements pour les autres, un point commun, au-delà de la concordance du calendrier: les salaires et pensions, qui ont gravement décroché par rapport au coût de la vie.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 18:24
Un agent de la fonction publique sur deux était en grève mardi pour revendiquer des augmentations de salaires. Parallèlement, le mouvement sur les retraites se poursuivait dans les transports (SNCF, RATP).
Plus de 50% de grévistes, des cortèges drainant des centaines de milliers de manifestants à travers la France, la mobilisation attendue dans la fonction publique sur le pouvoir d’achat a tenu mardi ses promesses. Pas étonnant donc que le gouvernement ait cherché à minimiser toute la journée les taux de participation aux grèves qui, selon le ministère de la fonction publique, ont atteint 30,12% des 2,5 millions fonctionnaires d'Etat. Appréciez la précision de ses estimations: 20,19% des agents étaient en grève au ministère de l'Economie, 49,26% au ministère du Budget, 38,82% au ministère de l'Education, 51,63% à la Direction générale des impôts, 44,89% à la Direction de la comptabilité publique et 19,57% au ministère de la Santé et des Sports etc. Autant de chiffres pour permettre à André Santini, ministre de la Fonction publique, d’affirmer «que 30% c'est une grève moyenne, c'est-à-dire que le mouvement est suivi, mais moins qu'annoncé». Inutile de préciser qu’ils sont en décalage total avec les chiffres des syndicats qui ont notamment dénombré 65% de grévistes chez les enseignants dans le primaire et 58% dans les collèges et lycées.

Quoi qu’il en soit, toutes sources confondues, ces taux sont les plus importants enregistrés depuis le long mouvement contre la réforme des retraites en 2003. Quant à la participation aux manifestations qui se sont déroulées un peu partout dans le pays, elle est tout aussi significative. Avec au moins 70.000 personnes, selon les syndicats, le défilé le plus étoffé s’est déployé à Paris. A Marseille, la manifestation a réuni 60.000 personnes. Ailleurs, les cortèges ont notamment rassemblé 35.000 personnes à Toulouse, 20. 000 à Lille, 10.000 à Perpignan, 25.000 à Bordeaux, 30.000 à Nantes ou 15.000 à Lyon. En tout, ce sont plus de 700.000 fonctionnaires essentiellement (accompagnés de cheminots et d'étudiants) qui ont manifesté mardi pour le pouvoir d’achat des salaires et l’emploi public.

«Oui, il y a un problème de pouvoir d'achat en France», a déclaré le Premier ministre François Fillon mais pour accuser «une croissance trop faible, le taux d'activité le plus bas des pays développés» et les 35 heures. «A quoi joue donc le gouvernement?», s'est interrogé Jean-Claude Mailly (FO), en rappelant que les fonctionnaires n'avaient eu «aucune réponse du gouvernement sur l'ouverture d'une négociation pour les salaires de la fonction publique en 2007 et aucune réponse lors de la conférence Emploi et pouvoir d'achat» du 25 octobre dernier. Bernard Thibault (CGT) a appelé de son côté le gouvernement à «créer les conditions pour des négociations» avec les fonctionnaires tandis que François Chérèque (CFDT) a rappelé qu’aucun accord salarial n’a été signé avec les syndicats de la Fonction publique depuis 1998. Alors que FO vient de lancer une campagne sur le pouvoir d'achat, Jean-Claude Mailly a promis des mobilisations interprofessionnelles sur cette question qui touche le public et le privé. Les syndicats de fonctionnaires se réuniront mercredi soir pour étudier les suites à donner au mouvement.

Par ailleurs, les agents des transports publics (SNCF, RATP), dont des délégations ont participé aux manifestations des fonctionnaires, se réuniront de nouveau en assemblées générales pour décider de la reconduction de leur grève, qui dure depuis une semaine. «Consciente que seul le maintien et le renforcement du rapport de force actuel peut permettre de gagner sur leurs revendications», la fédération FO-Cheminots les appelés «à rester unis dans leurs AG» et à «s’exprimer démocratiquement sur la reconduction de la grève, à laquelle FO les appelle». Dans la perspective de la réunion tripartite prévue mercredi, la quasi-totalité des AG de la SNCF et de la RATP ont d’ores et déjà reconduit le mouvement pour la journée de mercredi. «Les cheminots sont toujours aussi décidés à défendre leur régime spécial de retraite», a commenté Eric Falempin (FO-Cheminots). Une pierre dans le jardin de l’Elysée, dont le locataire Nicolas Sarkozy, a réaffirmé mardi qu’il «ne cèdera pas et on ne reculera pas».
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2007 6 17 /11 /novembre /2007 19:20

 

Bonjour à tous,
 
Dans quelques jours (le 14/11) s'annonce une grève à la SNCF pour la sauvegarde de notre régime spécial. Il a été dit n'importe quoi à ce sujet, et j'ai décidé, à titre purement personnel, d'informer mes amis et connaissances sur la réalité de nos "privilèges".
 
Avant toute chose, il faut savoir que notre régime de retraite a été mis en place en 1938, à la création de la SNCF, en s'inspirant des régimes déjà en place dans les anciennes compagnies.
 
En 1945, le gouvernement Français va créer ce qui va s'appeler le "régime général", le système de retraite par répartition actuel. La SNCF va conserver ce qui devient un "régime spécial" qui offre des avantages par rapport au régime général:
 
Pour partir en retraite avec un taux plein (au maximum), il faut cotiser 37,5 ans. Les conducteurs qui travaillent en horaires complètement décalés, ont des "bonifications" qui permettent de gagner 5 ans (cotisation de32,5 ans). Un cheminot peut toutefois partir en retraite:
- à 55 ans pour les agents sédentaires si ils ont au moins 25 ans de cotisation
- à 50 ans pour un conducteur (toujours si ils ont 25 ans de cotisation)
 
En partant à cet âge, ils ne sont toutefois pas au maximum de ce qu'ils peuvent espérer. Pour comparer avec le régime général, le taux de remplacement moyen (le montant de la retraite par rapport au dernier salaire) est de 64 % à la SNCF du fait qu'à 55 ans, la durée moyenne d'activité validée par les cheminots est de 32 ans. C'est ainsi qu'en 2001, les pensions moyennes attribuées aux retraités de droit direct étaient de 1 407 € à la SNCF et 1 590 € pour le régime de référence, soit un écart de 13 %.
 
Il faut savoir que la SNCF a la possibilité de mettre à la retraite d'office ses agents. Certains désirent continuer leur activité, ils ne le peuvent pas. Cette possibilité est très utile à la SNCF pour réduire ses effectifs, surtout dans les secteurs qu'elle restructure.
 
De plus il faut savoir que ce soit disant "avantage" est la contrepartie des contraintes du service public du travail jours et nuits, dimanches, jours fériés et pendant les vacances. Je vous assure qu'il est difficile le 24 décembre au soir de partir en laissant la famille, les amis et le repas de réveillon.
Cet "avantage" est aussi la contrepartie de salaires plus faibles, surtout les dimanche ou les nuits (les heures de "milieu de nuit" entre 0h30 et 4h30 donne droit à une majoration de ....0,20 euros. Oui, je dis bien 20 centimes d'euros). Ah, que nous aimerions être payés 50% de plus les dimanches et les nuits!!!
 
De plus, et je veux insister sur ce point jamais abordé par les médias, LES CHEMINOTS SE PAIENT LEURS AVANTAGES par une surcotisation de retraite. En effet, le taux de cotisation patronale à la SNCF atteint 28,44 % et est assis sur 87,3 % du salaire brut. Il est donc très supérieur à celui du régime général qui est de 14,18 % en moyenne.
 
Si je me paye ma maison avec un crédit de 15 ans avec de plus grosses mensualités, est-ce que je m'occupe de savoir si mon voisin se paye la sienne avec un crédit sur 25 ans? La situation est là même pour nos retraites, nous nous payons nos "avantages".
 
Alors, me direz vous, ou est le problème? Il y a plus de 100 régimes spéciaux, mais attaquer la SNCF est un symbole. Et à l'intérieur de la SNCF, ce sont surtout les conducteurs qui sont visés, eux qui on bien emm.... les précédents gouvernements (n'est-ce pas Juppé?). Il faut d'ailleurs noter que Sarko et le gouvernement ont bien matraqué leur message en répétant que cette réforme ce faisait "au nom de l'égalité". Quelle égalité? Vous voulez que la SNCF ferme le soir à 19h pour ouvrir à 6h00? Que tout s'arrête le vendredi soir et reprenne le lundi matin? Que nous fermions le 31 juillet au soir pour ouvrir le 01 septembre? Que tous les jours fériés le trafic s'arrête? Et si certains d'entre vous travaillent le dimanche, combien êtes-vous payés? Et la nuit?
 
Pourquoi ne pas attaquer certains régimes spéciaux VRAIMENT avantageux? Comme celui des députés et sénateurs, qui cotisent en moyenne deux fois plus, c'est vrai, mais pour toucher en moyenne SIX FOIS PLUS.
Voilà un lien pour le site WEB des régimes spéciaux. C'est le site officiel. Vous allez pouvoir comparez les différents régimes. Dans la colonne de gauche, essayez de cliquer (tout en bas) sur le régime du Sénat ou celui de l'Assemblée Nationale". Oh !!! Comme c'est étrange!! La page est vierge, "réservée"!!!!
 
http://www.regimesspeciaux.org/spip.php?article91
 
Vous ne croyez pas qu'on nous prend - que l'on VOUS prend - pour des idiots? Et le régime des militaires qui, en plus, ont des emplois réservés une fois la retraite atteinte (qui peut intervenir au bout de 15 ans seulement)?
 
Ajoutons que notre présidente, Madame IDRAC, a déjà demandé au gouvernement la suppression de la "surcotisation". Au final, cette opération va coûter de l'argent au gouvernement, aux contribuables, A VOUS TOUS!!! Quel paradoxe !!
 
Le seul fait qui soit tangible, c'est le déséquilibre démographique de notre régime. Actuellement, il y a 1 actif pour 1,75 retraité. Ce déséquilibre démographique fortement négatif de la Caisse des retraites de la SNCF découle des restructurations massives, de la modernisation des techniques et des externalisations mais pas seulement. La politique volontariste de l'Etat dans les années soixante-dix pour favoriser le transport routier au détriment du rail (le fameux GRENELLE de l'environnement ne revient guère là dessus), est une des raisons de la dégradation du ratio démographique. De ce fait, les cheminots ne sauraient être tenus pour responsables de ce rapport défavorable qui est avant tout dû aux suppressions d'effectifs.
 
En 1983 la SNCF a été transformée en EPIC, Etablissement Public, Industriel et Commercial. C'est une entreprise dont le propriétaire est l'état, mais qui doit équilibrer ses comptes. A ce titre, nous ne sommes pas des fonctionnaires. Nous devons être "rentables". La politique de réduction d'emploi et de modernisation a donc continué. Et que penseriez vous si, aujourd'hui, la SNCF n'équilibrait pas ses comptes (et même, désormais, fait des bénéfices)? Nous en entendrions parler!!!
Je tiens d'ailleurs, à ce point de mon exposé, vous donner le lien qui va vous renvoyer sur le site de la SNCF qui répond aux fameuses idioties qui circulent sur la SNCF en ce moment (vous avez peut-être reçu ce fameux mail qui dénigre mon entreprise):
 
http://www.entreprise-sncf.com/communiq/hoax2.htm
 
Donc, ce déficit démographique existe, mais il existera même si notre régime spécial est réformé. PIRE: la véritable conséquence sera que le déficit du régime de la SNCF sera transféré sur les comptes du régime de droit commun et qu'il ne sera plus supporté par l'Etat.
 
Il est à noter qu'un récent rapport du "Conseil d'Orientation des Retraites" sur les régimes spéciaux estime que le notre va retrouver son équilibre vers 2015/2020, le nombre de retraités actuels diminuant.
 
Pour terminer, je peux vous affirmer qu'aucun de mes collègues et moi même n'allons faire grève de gaîté de coeur. C'est toujours un gâchis et une grosse perte d'argent. Je veux d'ailleurs en profiter pour affirmer haut et fort qu'AUCUN JOUR DE GREVE NE NOUS A JAMAIS ETE PAYE. 
 
Par contre Si cette réforme consistait à supprimer un avantage évident, net, avéré et marqué en notre faveur, si une réforme globale était envisagée (les sénateurs, députés et autres), si cela correspondait à un effort de solidarité nationale, alors oui, la réforme nous l'accepterions, je l'accepterais.
Mais pourquoi la réforme ne touche t' elle pas:
- nos élus ?
- les stocks options (qui vont être royalement taxées à 2,5% pour le salarié) ?
- les parachutes dorés des grands dirigeants?
 
Pourquoi ne dit-on pas à la population que 70% des déficits proviennent des caisses des agriculteurs qui percoivent une retraite alors qu'ils n'ont jamais, ou très peu, cotisé? (ceci dit, la solidarité ne me dérange pas, mais qu'on vienne pas nous désigner à la vindicte populaire)
 
Pourquoi Sarkozy s'augmente-t-il de 172% en s'alignant "par le haut" sur ses homologues étranger et sur le 1er ministre alors que les ouvriers doivent être alignés "par le bas"?
 
Bref, vous l'aurez compris, la réforme de notre régime ne s'impose pas, il sert de bouc émissaire au gouvernement, et lui sert à dresser des salariés contre d'autres, c'est une revanche contre ces emm... de cheminots. Nous avons une haute idée du service public, de la sécurité, de la ponctualité, ceux qui sont venu avec moi en ligne ont pu juger. Nous y consacrons notre vie, et aussi, parfois, notre santé.
 
Ne nous laissons pas dresser les uns contre les autres. Ne nous laissons pas raconter n'importe quoi. Nous sommes tous des ouvriers, des mecs qui bossons, qui n'avons pas des millions d'euros en bourse, qui produisons pourtant les richesses de ce pays.
 
Alors oui, je vais faire grève, je m'excuse par avant de vous pourrir la vie pendant quelques jours, mais cette lutte, j'ai envie de la mener, je crois que je dois la mener.  

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 21:42
 
LE GOUVERNEMENT RÉPOND: TRAVAILLEZ PLUS POUR PAS UN EURO DE PLUS

Les conflits se multiplient pour obtenir des augmentations et pour refuser la «réforme» des régimes spéciaux qui contredit les propos officiels: il faudrait que cheminots, gaziers, électriciens, etc. augmentent leur durée de carrière pour ne pas perdre d’argent. Avec des pensions indexées sur les prix au lieu des salaires et le système des décotes, la note à payer est encore plus lourde. FO soutient les fédérations et syndicats engagés dans les actions et ouvre la perspective de manifestations interprofessionnelles pour augmenter le «bas de la feuille de paye».

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 21:23
Manifestation-Lille-1.jpgManifestation-Lille-2.jpg
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 21:09
jmb-122x600.jpg   Après les élections du 23 octobre, la Fédération FO, des  Services Publics et des Services de Santé,  a tenu son Congrès à MARSEILLE des 5 au 9 novembre 2007.
Plus de 1.800 délégués étaient présents pour apprécier l'activité des 3 années passées et pour définir les revendications pour les 3 années qui viennent.
La résolution générale a été adoptée à l'unanimité des congressistes,  ce qui est exceptionnel dans la vie de la fédération.
Les militants FO ont réaffirmé leur indépendance absolue vis a vis de tout organisme ou institution extérieure au mouvement syndical; Etat, partis politiques, gouvernements, patronat, religions, sectes.

REFUS DE LA REGRESSION SOCIALE. Le congrès refuse la politique imposée par l'Union Européenne visant l'abaissement du cout du travail, l'individualisation des relations au travail par la remise en cause de nombreux acquis sociaux.

Dans son discours de cloture le Secrétaire Général Jean-Marie BELLOT, a denoncé la situation en ces termes: "Nous devons alerter tous les salariés que la situation s'aggrave de jour en jour. Le Gouvernement actuel est en train de reprendre successivement tous les acquis de la libération et nous ne laisserons pas faire. La réaction doit etre massive. Le 20 novembre mobilisera tous les fonctionnaires, soutenus par les salariés du secteur privé.  Si le Gouvernement n'entend pas, la réaction devra etre générale et interprofessionnelle"

POUR LA REFORME;
Pour FO il y a urgence à remettre les politiques économiques au service du progrès social, des salaires, de l'emploi et de la protection sociale collective.

Les salaires, le pouvoir d'achat, les retraites, le droit de grève, la défense du statut et des services publics, la protection sociale, l'hospitalisation, la mutualité, le handicap,la dépendance, la santé au travail, l'action syndicale internationale, sont les revendications contenues dans la résolution générale qui sera mise en ligne dans les prochains jours.

Libres et déterminés,  les militants de la fédération FO entendent convaincre tous les salariés de l'importance de soutenir un syndicalisme libre et indépendant au service du progrès social pour tous les salariés, actifs chomeurs ou retraités.
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 20:56

Jean-Claude Mailly était lundi 12 l'invité du Franc Parlé sur ITV, France Inter en collaboration avec le journal Le Monde.

Le point avant les grèves, depuis le 18 octobre il ne c'est rien passé !!

Partager cet article
Repost0